SOUTENANCE DE LA PREMIERE PROMOTION D' AMENAGEMENT DU TERRITOIRE

Licence Professionnelle en Aménagement du Territoire ????????????????

L’ESUP MONTRE LA VOIE

La toute première fournée en Licence professionnelle en Aménagement du Territoire formée est sortie des moules de l’Ecole supérieure polytechnique de la Jeunesse (ESUP-Jeunesse) avec ces soutenances qui ont eu lieu samedi 6 octobre au sein de l’établissement/ Etaient au rapport les impétrants Zallé Sayouba et Ariane Diallo, devant un jury présidé par Pr Alfred Jonas Tondé.

L’Ecole supérieure polytechnique de la Jeunesse (ESUP-Jeunesse) prépare en douze mois aux licences spécialisées, notamment la Licence professionnelle en Aménagement du Territoire (LP-AT). Cette dernière est principalement destinée à deux profils : à ceux titulaires d’un Bac+2 en génie civil toutes options, droit, économie, sociologie, géographie ou les professionnels d’un niveau Bac ou équivalent et ayant acquis une expérience professionnelle d’an minimum cinq (5) ans.

 

En ce début d’année académique, l’école est fière de voir ses efforts couronnés avec cette toute première session de soutenance qui a eu lieu samedi 6 octobre dernier au sein de l’établissement. Se sont succédés devant un jury présidé par le professeur Alfred Jonas Tondé, deux impétrants que sont Ariane Diallo et Zallé Sayouba. La première a effectué ses travaux de recherche autour du thème suivant : «Les changements de destination de terrains : modalités et conditions». Quant au second, il a plutôt jeté son dévolu sur ce sujet « Aménagement de la voirie urbaine de Ouagadougou : théorie et pratique ». A ces impétrants, le jury a respectivement attribuée la notre de 17/20 et 14/20.

Toujours est-il que le président du jury s’est dit satisfait du travail abattu par les impétrants. Il s’en explique : « Que ce soit du point de vue du fond ou de la forme, ils sont à féliciter. Ils ont présenté des documents assez riches en données, se sont aussi bien défendus, sans oublier que les thèmes abordés sont assez novateurs. Si l’on prend le cas du sujet abordé par Ariane Diallo, l’on constate qu’il traite d’une problématique aussi importante que d’actualité qui est le changement de destination du terrain. Ce phénomène est de plus en plus récurrent, surtout dans nos zones urbaines où les propriétaires aiment à changer l’usage des terrains qui leur ont été attribués, notamment en terrain à usage d’habitation, en centre commercial ou en espace de loisirs et vice-versa. Cela est souvent à la base de certains problèmes, dès l’instant où les procédures n’ont pas été respectées ».

Les nouveaux diplômés nourrissent de grandes ambitions, notamment côté études. C’est le cas d’Ariane Diallo qui envisage de poursuivre avec un master, tout en ayant une activité professionnelle parallèle dont le revenu qu’elle en tirera pourrait lui permettre d’atteindre cet objectif. D’ores et déjà, elle a commencé sa prospection dans le monde du travail à travail des visites dans des bureaux du foncier et d’aménagement et au sein des services de l’urbanisme. Du reste, à écouter Pr Alfred Jonas Tondé, d’heureuses perspectives s’offrent pour les étudiants qui choisiraient la nouvelle filière.

A l’écouter de nombreux débouchés s’offrent à eux, d’autant plus que l’aménagement du territoire est un domaine transversal, qui embrasse plusieurs disciplines comme la géologie, la topographie, etc. Les diplômés peuvent donc servir dans la Fonction publique, notamment dans les services d’aménagement du territoire. « Mieux, ils disposent d’aptitudes nécessaires pour entreprendre dans leur domaine de formation, surtout que nos jours, plusieurs travaux liés à l’aménagement du territoire sont exécutés par des cabinets d’études privés », a-t-il signifié.

Légendes :
- La désormais titulaire de la licence professionnelle, Ariane Diallo, posant aux côté du jury présidé par Pr Alfred Jonas Tondé
- Zallé Sayou
Pas de légende